Skip to content

Enquête mondiale sur les indicateurs clés des technologies publiques de collecte de sang de cordon ombilical : Par le groupe de travail sur le sang de cordon de la World Marrow DonorAssociation

Le Cord Blood Working Group de la World Marrow Donor Association a créé une enquête pour les banques de sang de cordon (CBB) visant à identifier et à comprendre les principales procédures techniques actuellement utilisées par les CBB publiques dans le monde entier concernant les unités de sang de cordon (CBU) disponibles pour la transplantation de cellules souches hématopoïétiques non apparentées. Ces procédures techniques comprennent la collecte, le (pré)traitement, l’emballage, l’analyse, le stockage et le transport des CBU. L’enquête était une enquête en ligne créée avec SurveyGizmo et a été complétée individuellement par chaque CBB à la fin de l’année 2017. Les informations sont précieuses pour les centres de transplantation, les CBB et l’industrie mondiale des banques publiques de sang de cordon. D’une manière générale, nous pouvons conclure de cette enquête que la majorité des CBB sont conformes aux normes en termes de technologies CBB. Les domaines d’amélioration comprennent l’accréditation, l’augmentation de la normalisation des tests et la fixation de seuils de cellules nucléées totales pour les tests de dépistage.
l’acceptation du CBU pour un usage public. En outre, il est nécessaire de parvenir à un consensus sur la manière dont les CBB fonctionnent en termes de réservation et de libération afin de faciliter l’accès à la thérapie.

L’enquête a révélé que si 88 % des banques centrales participantes sont agréées par une autorité compétente, seules 50 % d’entre elles sont accréditées par la FACT et 19 % par l’AABB. Comme indiqué dans trois documents récents de Dehn et al, de la Cord Blood Accociation et de Rocha, la sélection des CBU par des CBB participant à des programmes d’accréditation volontaire de longue date a été incluse dans les politiques de sélection des CB recommandées en tant que critère d’évaluation des CBU. D’après les résultats de notre enquête, il s’agit d’un domaine dans lequel les banques centrales peuvent faire des efforts pour s’améliorer. Une autre politique de sélection des OC recommandée consiste à utiliser des unités appauvries en globules rouges. Avec 97% des banques centrales qui ont répondu à l’enquête et qui ont indiqué qu’elles épuisaient actuellement les unités de RBC (automatiquement ou manuellement), il semble que ce soit désormais une pratique courante dans le monde entier. Il est également essentiel de disposer d’un segment attaché pour le typage de confirmation HLA.5,6 Actuellement, 95 % des CBB qui ont répondu ont au moins deux segments attachés stockés avec le CBU. En outre, le document de l’association du sang ombilical précise les exigences en matière de test de dépistage des marqueurs de maladies infectieuses (IDM). Tous les tests doivent être effectués à partir d’un échantillon de sang maternel. Les tests anti-VIH 1/2, les anticorps de l’hépatite C, la syphilis et l’antigène de surface de l’hépatite B doivent être effectués de manière standard et 100 % des CBB déclarent effectuer ces tests. Les tests anti-CMV Total/IgG/IgM doivent également être effectués de manière standard et 96 % des CBB déclarent les effectuer. Le test anti-HTLV 1/2 est recommandé et 88 % des CBB déclarent l’effectuer. Les normes relatives au don de sang ne prévoient pas la nécessité d’un deuxième test pour les principales maladies transmissibles et, dans ce cas, il devient essentiel de réaliser des tests à l’aide des technologies NAT. Comme le montre cette enquête, un nombre important de CBB ont effectué des tests NAT, mais 16 à 17 % des CBB ayant répondu au questionnaire n’effectuent pas cette analyse de manière routinière. Le fait que seuls 62% des CBB soient en mesure d’expédier une CBU en une semaine n’est pas conforme aux normes. Cela ne répond pas à l’idée qu’une CBU est une thérapie prête à l’emploi. Pour améliorer la vitesse d’expédition, il faudrait une harmonisation internationale entre les CBB. En outre, il n’y a pas de consensus sur le moment et la manière de réaliser les tests de libération sur un segment rattaché. Cela génère également un résultat non standardisé entre les BCB. Il s’agit d’un domaine où les CBB doivent travailler ensemble pour faciliter l’accès à la thérapie. Seuls 42% des CBB ont répondu qu’ils utilisaient un seuil de TNC >100x10E7 pour accepter une CBU pour un usage public. Les normes ne contiennent que des instructions sur la quantité de TNC qu’une CBU doit contenir à la fin du processus et mentionnent seulement qu’une CBB doit avoir une politique en place pour la vérifier. Les résultats de l’enquête ne permettent pas d’identifier les raisons pour lesquelles un CBB mettrait en banque des CBU avec un faible nombre de TNC, sachant qu’ils sont moins susceptibles d’être demandés. Ces dernières années, il est devenu plus difficile de maintenir un CBB performant et les CBB devraient peut-être envisager de ne mettre en banque que les unités les plus importantes, car elles sont les plus demandées. Les réponses aux questions sur les seuils d’essai pour l’acceptation d’une CBU en vue d’une utilisation publique (post-traitement) ont été très variées, de nombreux CBB ayant répondu “sans objet” ou ayant laissé la réponse en blanc. Par conséquent, cette partie du questionnaire n’est pas concluante et est difficile à interpréter. Cela pourrait être dû soit au fait que les questions n’étaient pas claires et difficiles à remplir, soit au fait qu’il n’y a pas de consensus dans le domaine du CBB sur les seuils pour ces tests. En outre, les normes FACT ne précisent pas à quel moment du processus CBB la pré-évaluation du CBU doit avoir lieu. Cependant, les informations tirées de ces questions sur les pratiques de pré-évaluation sont toujours pertinentes pour les CBB. Elle est importante pour les CBB en termes de benchmarking, d’auto-évaluation et de définition des unités “bancables”. Un taux de réponse de 59 % est considéré comme élevé pour ce type d’enquête, ce qui indique l’engagement de la communauté des CBB à mettre ces informations à la disposition des CT et des autres CBB. Il convient de garder à l’esprit que ces résultats étaient à jour fin 2017/début 2018. Le domaine du CBB évoluant rapidement, ces données devraient être suivies de près. Les orientations futures de la collecte de ce type de données doivent être alignées sur la septième édition des normes Netcord-FACT. La WMDA collectera une version résumée de cette enquête en 2020, où les CBB pourront directement soumettre leurs données sur le site web WMDA Share.

Cliquez ici pour lire l’article complet

Facebook
Twitter
LinkedIn